Dividendes en bourse vs Gains en bourse court terme

- 8 commentaires
Les dividendes ne m'ont jamais vraiment convaincu, puisque c'est déduit automatiquement du cours, on gagne rien si le cours ne grimpe pas dividendes déduits.
Je leur préfère les gains encaissés : de l'argent disponible à tout moment pour pouvoir replacer sur un autre placement et faire des intérêts composés. Foin engrangé ne craint pas la gelée ...
Je vais prendre un exemple avec un même parcours sur une action mais un comportement différent :

Exemple en tant que spéculateur court terme (gain encaissé 3%) :
- achat 100, sous 2 mois ça monte à 110 revente à +3 net de frais, il est possible de replacer le total les 103 sur un autre placement (bourse, immobilier ou placement d'attente comme les livrets), mettons qu'à l'issue des 2 mois on replace sur un livret A à 2.25% net dont on ne s'occupe plus pendant 10 mois, le bilan global des 100 ferait donc 103+1.875 % (2.25% prorata temporis pendant 10 mois) soit 104.93 soit +4.93% sur l'année, sur le principe les intérêts composés ont pu fonctionner (même si on pouvait faire mieux qu'un placement sur livret sans s'en occuper pendant 10 mois), l'action finit l'année à 90, on s'en fout, on a déjà assuré le rendement.
Ce qu'on peut replacer à l'issue d'un an de placement c'est 104.93

Exemple en tant qu'investisseur fidèle (dividende "encaissé" 3%) :
- achat 100, l'action monte à 110 mais comme on est l'investisseur fidèle de "rendement", on ne vend pas, l'action rechute et détache ensuite 3 euros de coupon (dividende) et cote 97 euros, on garde (on a donc rien gagné et on n'a pas profité de l'embellie temporaire), elle cote 90 euros en fin d'année, le bilan c'est donc -7% sur l'année (hors frais) sans possibilité de replacer l'argent pour faire des intérêts puisque l'argent reste mobilisé pour se prendre la chute globale pendant 10 mois (donc un rendement négatif).
Ce qu'on peut replacer à l'issue d'un an d'investissement c'est 93
Quels intérêts composés peut-on faire avec pareille histoire ?

Et des histoires dans le genre et sur plusieurs années, on en voit plein sur la cote boursière, les exemples sont légion.
Pierre Aribaut - Zetrader

8 commentaires

#1  - Baptiste a dit :

inscris toi ssur ce site

Avatar Gravatar

Répondre
#2  - nours a dit :

s'enrichir avec les dividendes = blabla de banquier

Avatar Gravatar

Répondre
#3  - finesse a dit :

le raisonnement de ceux qui ne jurent que par les dividendes est biaisé comme tu le démontres. Ils restent sur des théories décrites dans les livres et qui datent d'un autre temps (celui ou la bourse montait sur une période raisonnable c-a-d <20 ans). La théorie était de se dire que des dividendes de 8% c'est bien. Ils ne comprennent pas que c'est 8% la première année et que en période bear ça passe à 3% très vite. Je l'avais démontré à Mol je crois sur FDR. Il ne jurait que sur le dividende de 12% et justifiait même des moyennes à la baisse massives et multiples. Sauf qu'en 2 ans ce dividende de 12% était devenu un dividende qui mathématiquement était passé à 3%.
Il faut oublier ce raisonnement qui ne tient plus la route sur les actions.
Il faut reprendre la même philosophie mais l'appliquer aux obligations. Là non seulement on est certain que le dividende ne baissera pas mais en plus sur certaines obligations ce dividende va même en augmentant au fil du temps !
Par ailleurs dans certains cas encore l'obligation elle-même peut monter.

Avatar Gravatar

Répondre
#4  - Patricius a dit :

Je suis très très très septique sur ta démonstration hmm Le dividende lui est sûre à 90 % si tu choisi bien ton action. Après c'est la capital qui fluctue. Sur le court terme, le résultat est en général de 50 % en perte ou en gain ... donc tu as 50 % de gagner 3% ou 50 % de perdre 3 %. Si tu gagne, tu peux décider de placer ton capital ou ton gain sur un livret, mais si tu perd et que ton compte affiche 97 tu es désavantagé par rapport à l'investisseur. Si la valeur de l'action chute à 97, la perte n'est pas encaissé et rien ne l'empêche de revenir à 110, sans aucun risque supplémentaire. En revanche si ton compte tombe à 97 en tradant, et bien tu dois à nouveau prendre du risque.

Avatar Gravatar

Répondre
#5  - zetrader a dit :

@Patricius :
C'est vrai que je partais sur l'hypothèse d'un trader qui a une approche globalement positive, donc qui sait gérer globalement les risques de marché, pas d'un trader qui perd du fric (sinon il vaut mieux qu'il arrête, ne serait-ce que pour remettre en cause son approche).
Personnellement, je peux te prendre plusieurs exemples de valeurs (la majorité en fait) où si j'avais gardé, même avec le dividende, j'aurais perdu du fric et du temps.
Quelques exemples où j'ai fait des achats/reventes me permettant d'encaisser des plus-values à court terme, et replacer ailleurs (promos livrets ou autres) quand je le voulais après ces achats/reventes, et où j'aurais perdu du fric si j'avais gardé en restant scotché dessus :
- France Telecom (si j'avais gardé je serais en perte aujourd'hui malgré les dividendes, que ce soit sur celles négociées en 1998/1999 ou celles négociées en 2010/2011)
- Cac 40 (idem je serais en perte malgré les dividendes)
- Sicav Euro High Dividend X (idem je serais en perte malgré les dividendes sur mes parts achetées en 2010 et revendues début 2011)
Etc etc ...
La différence au final est très importante, année après année.
Par exemple si tu restes scotché sur France Telecom avec 10 000 euros pendant 2,3,4 ou 5 ans, avec certes un beau dividende, mais un cours qui perd chaque année plus que le dividende, tu as perdu du fric chaque année.
Au bout de 5 ans le différentiel avec une plus-value même de 3% sur quelques mois (j'avais pris un exemple gentil, parce que dans le cas de quelqu'un qui fait une plus-value de 20% ou 30% sur l'année, le différentiel est encore plus énorme mais cela implique aussi une gestion plus risquée que viser 3% ou 4% et replacer ailleurs) + placement court terme (promo livret ou livret A) devient importante.
Sur une base 100, se retrouver par exemple avec 90 (dividendes inclus) en étant toujours scotché sur la valeur 5 ans plus tard contre du 130 par exemple en ayant l'argent disponible cela fait une sacrée différence, différence d'autant plus importante dans ton patrimoine que la mise est importante (imagine l'exemple avec 100 000 euros de france telecom sur 4/5 ans, on détache par exemple 20/25% de dividendes pour un cours qui perd 35/40%).
Quand je vois la déconfiture en un peu plus de 10 ans sur la plupart des valeurs que je connaissais depuis mes débuts en bourse, c'est difficile pour moi d'arriver encore à croire à l'investissement fidèle de longue durée ...
La plupart des valeurs que j'ai acheté et revendu à l'époque, je les aurais gardé patiemment pendant 10 ans je serais ruiné aujourd'hui, cela me laisse songeur sur la valeur de l'investissement long terme.
La majorité des valeurs sur lesquelles j'ai négocié à l'époque ont lourdement rechuté depuis, et certaines n'existent même plus (faillites).

Avatar Gravatar

Répondre
#6  - Patricius a dit :

Ok pierre ! Mais l'investissement est aussi une discipline qui s'apprend. Je ne jure que par elle désormais. J'ose bien mettre 100 ou 150 € de temps en temps sur un compte de trading, mais cela part toujours en couille :'( ... Je connais bien les raisons qui poussent les gens sur la spéculation à court terme. Mais pour moi je me résigne chaque jour un peu plus que la seule façon de faire entrer l'argent surement est par le Long Terme. Après je pense que c'est encore plus facile que le trading, il y a aussi des règles à suivre. Car investir dans FT en 2000, c'est comme se voir refiler la patate chaude. EN ce moment, je sélectionne quelques bonnes valeurs bancaires smile Et oui ! Certaines banques sont massacrés, et offrent des opportunités inimaginable.

Avatar Gravatar

Répondre
#7  - Poker a dit :

Plus qu'a investir dans l'or now ?

Avatar Gravatar

Répondre
#8  - artisan a dit :

L'argent se fait rare également.

Avatar Gravatar

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot dcazv ?