Détachement de coupons : quand considérer un dividende acquis ?

- 4 commentaires
Bien qu'ayant jusqu'ici une approche spéculative plutôt court terme que je ne regrette pas jusqu'ici (mon approche en bourse m'a permis de faire plusieurs milliers de % de progression depuis mes débuts en bourse, ce qui est bien meilleur que le cac 40 sur la dernière décennie), je m'intéresse à l'investissement et je m'interroge sur l'impact des dividendes dans l'investissement à moyen terme / long terme.
J'ai parfois encaissé des dividendes pour voir, mais je n'en ai pas vu l'intérêt jusqu'ici en tant que boursicoteur à la recherche de gains réguliers ou d'un rendement qui fasse que je sois presque sûr de pouvoir être gagnant à terme.
Quand est-ce qu'on peut considérer qu'un dividende est réellement gagné ?
Pour ma part c'est lorsque le cours a remonté d'au moins le dividende, sur l'échéance visée pour pouvoir disposer de son argent.
En effet, à chaque fois que j'ai touché un dividende, le cours a baissé d'autant, il est mécaniquement déduit du cours, donc immédiatement après "encaissement du dividende", globalement je n'avais strictement rien gagné voire j'étais perdant, à cause des frais.
A quel moment ai-je pu être gagnant sur l'opération dividende encaissé ?
Quand le cours est remonté, ce qui en général a pris entre quelques semaines et quelques mois "scotché" sur la valeur, mais c'est plutôt parce que le marché et l'action étaient globalement remontés que j'avais pu sortir globalement bénéficiaire de l'opération "encaissement de dividende".
Si le marché et l'action avaient continué de chuter, ma perte latente se serait accentuée, mon "gain potentiel" serait différé d'une échéance plus ou moins longue : quelques mois ou des années, tout dépend de l'évolution du marché.
D'ailleurs pour certaines valeurs, si au lieu de les revendre, je les avais gardé, je serais encore scotché en moins-value latente 3 ans après, je pense notamment au tracker cac 40 où j'avais encaissé du coupon "pour voir" en 2007 et revendu sur un petit rebond quand j'étais globalement légèrement gagnant sur l'opération globale, car je pensais les risques de forte rechute assez probables vu le rallye 2003-2007. Si j'avais gardé le tracker cac 40 au lieu de revendre rapidement, ma perte se serait rapidement aggravée et les dividendes perçus sur le tracker cac 40 n'auraient pas du tout compensé l'accroissement de la perte.
Les investisseurs avec qui j'ai parlé à ce sujet disent souvent que "le cours ne compte pas", mais à mon avis il compte pourtant au final, au bout du compte, c'est lui qui fera que l'opération globale sera gagnante ou perdante, que ce soit sur 6 mois, un an ou dix ans.
Prenons un exemple théorique simple pour mieux comprendre pourquoi l'évolution du cours compte même sur les valeurs à dividendes :
- mettons une action qui cote 100 la 1ère année, avec un dividende de 4 euros chaque année.
- mettons qu'au bout de 10 ans d'investissement fidèle elle cote 40 euros, et que je veux disposer de mon argent (pour un projet immobilier ou autre), quel est mon "gain global" après 10 ans de dividendes ?
Si on retire son argent après 10 ans (10 ans de vie c'est beaucoup, c'est de l'investissement long terme), dans un tel cas de figure notre perte globale sur 10 ans est de :
100+(4*10)-60 = une perte de 20% sur l'investissement initial + le coût de l'inflation sur 10 ans
Sur 100kE investis on aurait donc perdu 20kE + l'inflation, une sacrée perte de valeur sur l'investissement initial !
Voilà pourquoi l'évolution du cours compte, tôt ou tard on aura besoin de l'argent pour ses projets (sinon à quoi sert l'argent investi ?), dans notre exemple que ce soit sur 5 ou 10 ans ou plus si la tendance est baissière, malgré les dividendes sur longue période, on peut y perdre de l'argent.
Vous pourriez penser que cet exemple n'est que théorique mais il y a plusieurs exemples concrets qui ressemblent à cet exemple théorique sur la dernière décennie, allez voir du côté du cac 40 coupons réinvestis et frais inclus sur les 10 dernières années, vous verrez que ça peut être perdant sur un indice majeur sur une longue période d'investissement, idem pour le nikkei sur les 2 dernières décennies.
Pour gagner sur des valeurs où l'on investit pour le dividende, il faut donc que détachement inclus des coupons, la tendance soit haussière long terme sur ces valeurs :
- moyennement haussière (la valeur gagne le détachement des coupons sur le moyen/long terme, on gagne donc au moins les dividendes même si on a pas de gain sur le cours en soi)
- fortement haussière (la valeur gagne plus que le détachement des coupons, on gagne donc les dividendes + un gain sur le cours, c'est le scénario idéal)
Si la tendance est baissière long terme, on perd de l'argent dividendes inclus, c'est à dire dans les 2 cas de figures suivants :
- faiblement baissière (la valeur perd environ le détachement des coupons sur le moyen/long terme, on ne gagne donc pas sur les dividendes, dividendes et frais inclus on a une légère perte sur le cours)
- fortement baissière (la valeur perd plus que le détachement des coupons sur le moyen/long terme, on ne gagne donc pas sur les dividendes, dividendes et frais inclus on a une forte perte sur le cours)

Pour les débutants en bourse, vous êtes prévenus par rapport à cette illusion que l'on peut avoir "d'encaisser un dividende" quand on ne voit qu'un côté de l'équation :
quand on "encaisse des dividendes", même sur du long terme, le fait de gagner en bourse sur longue période, dividendes inclus (réinvestis ou non) n'est pas automatique.
Pour que vous soyez vraiment gagnant avec les dividendes, l'évolution à long terme du cours compte, il faut que l'action ou le panier d'actions (dans le cas d'un indice, tracker ou fcp) ne perde pas trop de valeur voire qu'il en gagne sur longue période.
Pour investir en vue de gagner sur les dividendes, il faut donc que vous ayez la conviction que la valeur va au moins ne pas trop chuter à terme, rester stable voire grimper à terme.
Il existe cependant 2 cas de figures dont l'avantage peut être non négligeable sur de l'investissement très long terme, ce sont les exceptions qui confirment la règle :
Quand est-ce qu'on peut être gagnant sur les dividendes même sur une valeur qui a été baissière sur le long terme ?
1) quand les dividendes ont compensé davantage que la chute du cours de la valeur, ce qui est tout à fait possible sur des valeurs à bons dividendes.
2) quand les dividendes perçus ont dépassé l'investissement initial, ce qui donne théoriquement un pru (prix de revient unitaire) négatif, ce cas de figure est possible sur long terme / très long terme, sous réserve que la valeur existe encore ;)
Ce deuxième cas de figure est sans doute potentiellement le cas de figure le plus intéressant sur les dividendes à long terme, car lorsque les dividendes perçus dépassent la mise investie, on peut vraiment considérer que le rendement a été acquis, puisque même si la valeur fait faillite ou plonge après cela, on a déjà gagné plus en dividendes que la mise de départ, donc on peut dire que les dividendes sont acquis.
Voilà, c'était mon point de vue sur les dividendes, et vous, quel est votre point de vue au sujet des dividendes ?
Merci de m'avoir lu jusqu'ici :)
Je vous souhaite plein de bons trades si vous décidez de trader ou plein de bons investissements si vous décidez d'investir :)

Pierre Aribaut - Zetrader

4 commentaires

#1  - punaise a dit :

bonjour, pour réaliser la puissance des dividendes à long terme je vous conseille de vous procurer l'historique du cac 40 dividendes réinvestis et de comparer la performance au cac nu depuis la création du cac 40 en 1987.

Avatar Gravatar

Répondre
#2  - zetrader a dit :

@punaise :
C'est vrai mais de 1987 à 2010, c'est une période particulièrement favorable pour le cac 40, une sorte de cas idéal théorique, c'est presque comme prendre l'immobilier de 1998 à 2010 loyers inclus + hausse des prix, nul doute que ce sera mieux que le cac 40 sur la période.
Pour ma part j'ai commencé la bourse vers fin 1998, avec très peu de capitaux à l'époque, si on prend la performance du cac 40 depuis fin 1998, début 1999 ou début 2000, ce n'est pas fameux, même dividendes réinvestis.
On constate une décennie d'investissement perdue sur le cac entre 2000 et 2010.
Par ailleurs, pour être complet, en 1987 les trackers cac 40 n'existaient pas, les brokers en ligne proposant de faibles frais de courtage non plus, donc se constituer un portefeuille de 40 valeurs et ajuster à chaque fois le portefeuille en fonction des entrées / sorties du cac 40 (pour répliquer le cac 40 fidèlement) auraient eu un coût non négligeable en frais de courtage sur la période, surtout sur un petit portefeuille.
Depuis que les trackers cac 40 existent et sont accessibles à tous (cela fait seulement quelques années), les frais sont plus acceptables sur le long terme, mais sur ces dernières années, depuis l'introduction des trackers cac 40 au grand public, la performance n'est pas encore au rendez-vous, peut-être un jour ...

Avatar Gravatar

Répondre
#3  - Dom a dit :

+1 pour les aveuglés du rendement

Avatar Gravatar

Répondre
#4  - zetrader a dit :

@Dom :
Disons que le rendement doit être considéré comme une globalité, je ne sais pas comment on fait pour voir qu'une partie de l'opération. Par exemple on mise 100 et qu'on perçoit 8 de dividende, mais qu'au final on se retrouve avec 90 parce que la valeur a chuté de 10% sur l'intervalle de temps (qu'il soit d'un an, deux ans, cinq ans ou dix ans). Pour moi, surtout si ça dure plusieurs années pour arriver à un tel résultat, le rendement global de l'opération est négatif, on a alors un "rendement" de -2%-les frais-l'inflation, ce qui dans cet exemple théorique (mais qui correspond à bien des cas réels) donnerait un rendement pas mal négatif sur plusieurs années. Certains avec la même chose y trouveront un rendement de 8%, je ne sais pas comment ils font, effectivement on peut se demander si c'est une volonté de ne voir qu'une partie de l'équation ? volonté de ne pas voir ?

Avatar Gravatar

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot fgmj ?